Dimanche 1er octobre: 26e du temps ordinaire, année « A »
Ce dimanche à 10h00, installation de notre nouveau Chanoine, l’abbé Jean Bedin

TU PATIENTES…

Dieu ne désire pas la mort des méchants, lui qui est le Vivant et qui a envoyé son Fils bien-aimé porter notre fardeau et nous ramener à la vie. A chacun de faire sienne la prière d’ouverture : « Tu donnes la preuve suprême de ta puissance lorsque tu patientes sans te lasser… » Une patience qui nous appelle à vivre dans le Christ « que Dieu a élevé au-dessus de tout ».

 

Dimanche 8 octobre: 27e du temps ordinaire, année « A »
FAIS-NOUS REVENIR

Dans les pays de vignobles, c’est une fête quand la vendange est bonne, une déception quand elle est médiocre. Isaïe nous rapporte la déception de Dieu. Et cela nous concerne, car la vigne du Seigneur, c’est nous tous. Espérer en Dieu, c’est le prier : « Tu combles ceux qui t’implorent bien au-delà de leur désir »… « Dieu de l’univers, fais-nous revenir ! »

 

Dimanche 15 octobre: 28e du temps ordinaire, année « A »
LE FESTIN EST PRÊT

« Ce jour-là » : ainsi commence la liturgie de la Parole. Alors le dessein de Dieu s’accomplira dans la lumière, et pour toujours. Ce jour-là, nous verrons à quel point il désire notre vie, notre bonheur : « C’est lui qui l’a promis. » Plus de peur, plus de larmes ni de mort ! Nous partageons la même joie, invités que nous sommes au même festin de Dieu.

 

Dimanche 22 octobre: 29e du temps ordinaire, année « A »
ETRE LIBRE

Les adversaires du Christ veulent l’obliger à se situer lui-même face à l’occupant. Jésus échappe au piège. Il ne méconnaît pas les obligations de chacun envers l’Etat mais il va droit à l’essentiel : Dieu seul peut demander l’engagement total de la personne. Le Christ a vécu cela, lui qui nous a rendus nous-mêmes à ce Dieu dont nous sommes l’image.

 

Dimanche 29 octobre: 30e du temps ordinaire, année « A »
AIMER DIEU

Jésus est mis à l’épreuve et en ressort grandi. Non pas parce qu’il est habile mais parce qu’il est « vrai ». Il ne dépasse pas la Loi, il la vit de tout son être. Son enseignement réconcilie la dimension horizontale et la dimension verticale de cette Loi. Désormais, en chaque eucharistie, il nous donne de célébrer les deux dimensions de cet unique amour.