Dimanche 4 août : 18e de l’année « C »

TOUT EST-IL VAIN ?

La liturgie de la Parole s’ouvre sur un propos désabusé : « Tout n’est que vanité! » Est-ce donc le message de Dieu pour aujourd’hui ? A mieux entendre, l’Esprit souffle dans ces mots. « Il passe, ce monde », dira Paul, mais c’est en nous annonçant, dans la prière d’ouverture du jour, l’espérance d’une création renouvelée ». Le Créateur est le recréateur à « l’inépuisable bonté ».

 

Dimanche 11 août : 19e de l’année « C »

VEILLER POUR ACCUEILLIR

La délivrance pascale d’Israël n’est pas seulement un événement du passé : elle annonce celle qui s’est accomplie en Jésus et s’accomplit en chaque eucharistie. L’histoire du passé se projette jusqu’à nous, et la foi des grandes figures du passé est l’assise de la nôtre. L’attitude du croyant sera bien de « veiller » pour accueillir celui qui vient..

 

Jeudi 15 août : Assomption de Marie

HUMBLE SERVANTE

« Il s’est penché sur son humble servante; désormais tous les âges me diront bienheureuse. » Le Cantique de Marie illumine la liturgie de la Parole en ce jour de l’Assomption. Il en donne le sens. Marie annonce Dieu en parlant d’elle et suscite notre espérance. « Sa miséricorde s’étend d’âge en âge »: tel est le secret de sa joie et de notre joie.

Horaire des messes comme le dimanche

 

Dimanche 18 août: 20e de l’année « C »

LE FEU DE L’AMOUR

Le Christ est « venu apporter le feu sur la terre », le feu de l’Esprit, le feu de l’amour. Il l’apporte au cœur de chaque croyant. Ce feu brûlait déjà Jérémie persécuté, il s’est propagé dans « l’immense nuée de témoins » de tous les temps. Il se répand en nous, quand nous gardons les yeux fixés sur Jésus « qui st à l’origine et au terme de la foi »

 

Dimanche 25 août : 21e de l’année « C »

MERVEILLE DU DON

L’humilité suscite les dons de Dieu : la première lecture en témoigne. Merveille plus grande encore, il s’agit du don que Dieu fait de lui-même. La marche vers la montagne de Sion est une marche vers l’assemblée des premiers-nés, et le festin du Royaume rassemble les pauvres. Heureux ceux qui les invitent à leur table et se savent leurs débiteurs.